Publié dans Kmertitude

l’Hymne National Camerounais et ses origines

L’hymne national est un symbole fort de l’Etat. C’est le chant le plus populaire d’une nation.

Nous sommes cependant peu nombreux à nous en rappeler les auteurs.

Je me souviens vaguement avoir entendu parler de René jam Afane il y a quelques années en classe de sixième.

Je n’avais pas encore pris conscience du rôle capital que cette personne avait joué dans la constitution du jeune État Camerounais.

En 1928, Foulassi est une station de l’église Presbytérienne Américaine qui abrite l’école normale des instituteurs.

René jam Afane étant l’élève le plus doué de cet établissement en poésie, c’est à lui que revient la charge de faire la synthèse des meilleures phrases de tous les poèmes à l’ issue d’un concours de poésie.

Il choisi les paroles qui composerons plus tard, un chant intitulé « le chant de ralliement ». Ces paroles sont contenues dans les deux premières strophes de l’hymne national Camerounais (version originale).

Il n’y avait plus qu’à composer une mélodie pour accompagner les paroles. C’est Samuel Minkyo Bamba qui s’en chargera aidé de quelques-uns de ses camarades.

« Le chant de ralliement » sera enseigné par la suite dans toutes les écoles puis, adopté par l’Assemblée Législative Camerounaise le 5 Novembre 1957.

Publicités

Auteur :

Rédacteur En Chef - Auteur

10 commentaires sur « l’Hymne National Camerounais et ses origines »

  1. C’est vrais que les camerounais chantent l’hymne nationale de la même façon qu’ils fredonnent une chanson populaire sans vraiment avoir conscience sur le coup de sa valeur historique. Cependant il faut aussi souligner que l’accent n’est pas mis dessus dans nos programmes scolaires. Il serait souhaitable que toute l’histoire de notre pays soit retransmise avec plus d’insistance aux jeunes générations.

    J'aime

  2. Il est tant que les camerounais accordent beaucoup plus d’attention aux vraies valeurs. C’est vraiment dommage que l’attention des jeunes soit portée sur des futilités.

    J'aime

  3. Très peu se souviennent de l’école de foulassi, même après avoir appris à l’école. Et beaucoup ignorent les origines de notre « Cher et tendre hymne » quand je pense qu’il a d’ailleurs été transformé. Certains prononcent certaines phrases avec hésitation. Je crois qu’il est temps de prendre le taureau par les cornes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s