Publié dans Histoire

ZOOM SUR LE MOUVEMENT « HARLEM RENAISSANCE »

Mouvement culturel de l’entre-deux-guerres, la Renaissance de Harlem a largement influencé la culture africaine-américaine actuelle.

Les origines

D’abord culturel et artistique, le mouvement « Harlem Renaissance » ou la Renaissance d’Harlem également appelé le mouvement « New Negro » apparaît dans les années 1920 – 1930 dans le célèbre quartier de New York d’où il tire son nom.

4e675acef33e3726a66c8bf2d8e420c5Le quartier en Harlem en 1930

 

Après l’adoption du 13e amendement de la Constitution américaine abolissant l’esclavage, et la Guerre de Sécession opposant Abraham Lincoln et Jefferson Davis, les Africains-Américains quittent les états du sud, trop ségrégationnistes et encore très marqués par l’esclavage, pour se rendre dans les états du nord. C’est la Grande Migration. New York, ville plein de promesses autant sur le plan culturel que social, leur semblait être la ville idéale. Malheureusement, les Noirs rejetés par la population blanche new-yorkaise se retrouvent repoussés en périphérie du centre la ville et notamment à Harlem. Le quartier devient sans surprise un ghetto où la population noire reste marginalisée.

17bb339ce4180cdb611ac2c904d97226.jpg
Midsummer night in Harlem, Palmer Hayden (1938)

Mais parmi les habitants de Harlem vient se mélanger intellectuels, musiciens, artistes et écrivains dont W.E.B DuBois, auteur du recueil d’essais Les Âmes du peuple noir. Sans oublier Langston Hughes, Nella Larsen, Josephine Baker ou encore Louis Armstrong. Toute cette jeune pousse artistique va permettre aux habitants de Harlem de retourner cette situation de ghettoïsation à leur avantage. Harlem devient le théâtre principal d’une révolution artistique et sociale.

Du-Bois-holding-cane-with-Ghanaian-president-Kwame-Nkrumah-in-1962 W.E.B Du Bois

Les champs d’action

D’abord portée sur la littérature, la Renaissance de Harlem s’est ensuite étendue à la musique, particulièrement le jazz, les arts de la scène et les arts plastiques. Les artistes africains-américains ont pris de plus en plus d’ampleur jusqu’à conquérir le cœur de la communauté blanche américaine. Si dans la musique, on s’inspire des chants datant de l’époque de l’esclavage, côté littérature et culture, on ouvre les discussions sous formes de débat autour de la culture africaine-américaine.

11c00cc6abe92b9816db467ea4884f8f     Louis Armstrong et Joséphine Baker © Pinterest

Face à la vivacité de ce renouveau et notamment grâce à Louis Armstrong et Josephine Baker, Ella Fitzgerald et Billie Holliday, la Renaissance de Harlem dépasse les frontières de New York, s’offrant alors une résonance mondiale et multi-raciale. Les Américains et le monde ont alors pu constater que les Noirs étaient et pouvaient être cultivés, éduqués et réfléchir par eux-mêmes, et qu’ils pouvaient trouver un moyen de vivre et de s’épanouir malgré l’oppression. Les portes de certaines universités américaines prestigieuses s’ouvrent et les communautés tentent de se mélanger.

On retrouve aujourd’hui les traces de cette révolution dans la musique et surtout dans la littérature. L’auteure Toni Morrison lui rend d’ailleurs hommage dans son roman historique Jazz sorti en 1992, tout comme Beyoncé et son dernier album Lemonade.

La mode a également été très touchée par la Renaissance de Harlem. Hommes et femmes ont radicalement changé de style comme pour marquer le début d’une nouvelle vie, le début d’un « New Negro ». Coco Chanel a été une grande figure de cette révolution de ce côté en introduisant les chapeaux cloches, et le look plus masculin des femmes. Lesquelles commencent à porter des bas en nylon, des chaussures ouvertes et l’imprimé léopard, en rapport aux tenues traditionnelles africaines, ce qui fait rage.

Les revendications

Les Noirs américains se sont retrouvés face à un problème de double identification, faussée par les idées véhiculées par les esclavagistes et la société de l’époque. Ainsi, les différents acteurs de la Renaissance de Harlem ont exprimé la volonté de s’approprier leur héritage africain, tout en revendiquant leur identité américaine. Mais surtout, cette renaissance avait également pour but de dénoncer les conditions de vies déplorables, ainsi que l’inégalité des chances des Noirs aux États-Unis.

Si le mouvement a quelque peu perdu son souffle à la fin des années 1930, il a été de nouveau mis sur le devant de la scène dans les années 1960 avec celui des Droits Civiques. La Renaissance de Harlem a également directement inspiré le mouvement de la Négritude porté par Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor.

Publicités

Auteur :

Rédacteur En Chef - Auteur

3 commentaires sur « ZOOM SUR LE MOUVEMENT « HARLEM RENAISSANCE » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s